Si vous lisez ceci c'est que le plug-in flash n'est pas installé sur votre ordinateur, telechargez le sur le site d'adobe.fr

titre de la section tourisme
icone musique

Commanderie et Collégiale de St Marc la Lande

collegiale de St Marc

Longue de quatre travées, l'ancienne chapelle devenue église paroissiale est couverte de voûtes à nervures prismatiques. Elle se terminait par un chevet plat. Une galerie, une sacristie et une salle basse constituent, avec une petite chapelle latérale, des annexes de môme style. La pauvreté relative de l'intérieur est compensée par une extraordinaire floraison ornementale qui relève du style gothique flamboyant rénové par les premiers indices italianisants annonciateurs de la Renaissance. On suit déjà cette évolution dans le dessin des remplages des grandes fenêtres, sur les contreforts à pinacles de l'élévation latérale et sur la petite porte sud. Elle s'affirme bien davantage sur la façade ouest traitée avec une exceptionnelle virtuosité. Las contreforts et le dais de la niche du portail central sont tordus en spirale. Partout abondent les feuillages finement frisés ornant crochets, fleurons et pinacles, et les écussons portés par des anges ou des chimères. L'italianisme s'accuse sur la frise et la balustrade du haut de la façade, sur les rinceaux et les angelots porteurs d'armoiries. A côté du pinacle sud-ouest est placée une jolie statuette en ronde bosse figurant un moine en prière.

Source : D'après René Crozet, dans le "Dictionnaire des Eglises de France" III c Poitou Saintonge Angoumois, Ed. Robert Laffont.

Historique

jardins de la commanderie

La Commanderie de Saint Marc La Lande, attenante à la Collégiale qui est le plus important édifice de style gothique flamboyant des Deux-Sèvres, est en train de devenir un des espaces culturels de ce département et être à ce titre, un lieu d'événements artistiques permanent. Le monument, propriété communale, a fait l'objet de restaurations importantes depuis 1985, avec l'appui de l'État et du Conseil Général. Des travaux d'aménagement sont toujours en cours, qui préparent le plus bel avenir...

C'est en 1260 que, pour la première fois, est attestée l'existence de la Commanderie des Antonins de la Lande dans un acte de donation par lequel le Cardinal ARDOUIN se démet en faveur des Antonins d'une chapelle située au village de la Lande et dédiée à Saint-Blaise.

Six moines cloîtriers y sont présents aux côtés du Commandeur. L'ordre est alors riche de 14 commanderies dans le seul diocèse de Poitiers : l'ensemble s'appelle Saint-Antoine-de-la-Lande.

La construction de l'église, sur laquelle s'appuie la commanderie, peut être datée du début du XVIè siècle. La présence des armes de France sur les deux portes de cette luxueuse façade de style gothique flamboyant permettrait d'attribuer la construction à une donation royale.

  • L'église brûle en 1562 pendant les guerres de religion.
  • Reconstruite en 1657, elle sera détruite pendant la révolution.
  • En 1844, l'intérieur est reconstruit, le mobilier disséminé.
  • Elle devient église paroissiale par décision de Napoléon III. Elle prend le nom de Saint Mard.

C'est ainsi que disparaît complètement de l'histoire locale toute référence aux Antonins.

Les Antonins

antonin

A la fin du XIè siècle se répand en Europe de l'Ouest une maladie singulière que le moine Sigebert du monastère bénédictin de Gembloux décrit ainsi :"Les membres rongés des nombreux sujets que le feux sacré dévorait, pourrissaient et devenaient noirs comme du charbon". C'est le mal des ardents, ignis sacer, ou peste de feu, feu d'enfer.

Plus de 500 ans s'écouleront avant que l'origine de cette mystérieuse maladie ne soit découverte : il s'agit d'une intoxication due à l'absorption de blé dénaturé par le champignon du seigle ergoté, qui se manifestait soit par une gangrène, soit par des convulsions.
A cette époque de disettes fréquentes, le seigle ergoté moulu avec le blé constituait la seule nourriture. L'impact du poison sur la population était effroyable. Les Antonins se consacrent essentiellement aux malades atteints d'ergotisme et gèrent, à la fin du XVè, 370 hôpitaux où ils exercent leur science de la médecine. Avec le Baume de Saint Antoine et le saint Vinage, composés de plantes comme le pavot, la verveine, la renoncule, la gentiane..., ils soulagent les douleurs de l'ergotisme. Afin de symboliser cette activité un jardin des plantes médicinales à été reconstitué. (voir rubrique jardin).
La Commanderie de Saint Marc la Lande accueille de nombreuses expositions et concerts tout au long de l'année. (voir rubrique événements) La Collégiale est également connue pour une tapisserie qui a été brodée par les habitants, un travail de Pénélope, effectué par les bénévoles. Ce magnifique tapis est désormais posé sur les marches de l'autel.

 

lien jardin val de flore